octobre, 2016


La marche contre les compagnies pétrolières

La marche contre les compagnies pétrolières

Portraits de femmes sud-équatoriennes qui entamèrent en 2013 une marche pour dénoncer les dommages irrémédiables causés par une compagnie pétrolière et défendre leur droit à la vie et les droits naturels de la Terre Mère.
Cette marche se répète chaque fois que les communautés locales observent une atteinte aux droits mais aussi à la santé d’un membre de leur communauté ou à toute espèce vivante, ils dénoncent aussi l’écocide provoqué par l’existence et l’exercice de ces compagnies, dont les conséquences sont multiples : empoisonnement des eaux, maladies et/ou mort des espèces vivantes, destruction de la forêt, déplacement des populations, destruction des maisons, rasage des cimetières…)

Les peuples Sápara, Huaorani, Kichwa et Sarayaku luttent depuis des décennies dans le pays pour que les compagnies pétrolières soient évincées et jugées.

Dans les années 90, la compagnie étasunienne Chevron a dévasté la forêt amazonienne provoquant en quelques années la disparition de 2 communautés indigènes locales. La compagnie a été condamnée à verser 18 milliards de dollars pour pollution de l’Amazonie.
Rafael Correa, président depuis 2007, s’était fait le défenseur de la Terre Mère et des droits des peuples indigènes en inscrivant dans la constitution la reconnaissance des droits des communautés indigènes (désormais état plurinational) mais aussi des droits de la Nature,  mais en 2013 face à l’échec de son projet de protection environnemental interdisant l’exploitation des sols  dans le parc Yasuni, il y autorise l’exploitation pétrolière d’une compagnie chinoise «Andine Petroleum».

Il ne resterait plus que 400 membres environ de la communauté indienne en Equateur.

Angela Magnatta